Salaires。 Etvoilàpourquoiçadadécollepas...

时间:2019-09-15  author:游屹  来源:myball迈博体育客户端  浏览:171次  评论:174条

Malgrélarepriseéconomiquedansla plupart des pays riches,les salaires stagnent。 Le prix du travailestégalementunaffaire de rapport de forces。 Et不稳定,主要是...

兜售到达。 Aprèsavoirlongtempsprônélabaisse du«coûtdutravail»,au nom delacompétitivité,le FMI et l'OCDE s'affligent depuis quelques mois de la stagnation des salaires dans la plupart des pays dits«avancés»。 Voilàquipourraitnuireàlarepriseprèslarécessionengendréeparlacrisefinancièrede2008. Comment vendre en effet quand la grande masse des acheteursestobriéedese serrer la ceinture ...

Courbe de phillips et loisdumarché

Leséconomistestronodoxesy perdent leur latin。 Car la croissance mondiale,certes fragile,est cependant de retour(+ 3,7%en 2017 selon le FMI,et sans doute autantcetteannée)。 Et le entreprises ont de quoi faire si l'on en juge par l'envoléeleleurs profit。 Ceux des multinationales battent ainsi des records:sur un an,si l'on retient les 4 000 plus gros groupescotésàtraversle monde,ils ont bondi de 20%auxÉtats-Unis et de 9%en Europe(au 2e trimestre de cetteannée)。 Quant au tauxdechômage,il semble un peupartoutorientéàlabaisse。 S'il est encore de 6,7%dans l'Unioneuropéenne(28 pays)et de 8,1%en zone euro(19 pays),ces chiffres sont en baisse constante depuis cinq ans(inférieursl'unet l' autre de 4 points environ parrapportà2013)。 QuantauxÉtats-Unis,avec un taux de 3,7%,ils seraient proches du plein-emploi,seréjouissentsnantmentscommentateurs。

或者,si le tauxdechômagebaisse,lesalaireéel(inflationedéduite)augmente apprend-on dans les manuels d'économie - celienétantétabliàtraversla courbe de Phillips,miseenévidenceen1958 par l'économistedumêmenomin 。 Un raisonnementdemarché:s'il ya moins de candidats,les entreprisesdoiventlârsdulest pour les attirer。 Saufquelà,çanemarche pas! Loin d'êtremécaniquesdufait d'harmonieuses loisdumarchéougracieusementconceceéesparles entreprises lorsqu'elles sont en phasedeprospérité,les augmentations de salaires sont avant tout une affaire de rapport de forces。 Et actuellement,les travailleurs n'ont pas vraiment la main!

«Arméederéserve»et tauxdechômageéel

Il ya d'abord le poids de l'arméederéserve,pour reprendre l'expression de Marx。 Celle-ci est bien plus fournie que ne le laisse supposer le tauxdechômage。 Car,ce taux ne tient pas compte par compmple de toutes lespersonnesdécouragéesquiofficiellement ne cherchent plus d'emploi - et ne sont donc pas prises en compte dans la population active - mais attendent pourtant la moindre occasion pour seremettreàtravailler。 Ni de tous ceux qui sont en situation de sous-emploi(temps partiel subi,emploéprécairesocnelnels......)。 Uneétudedela Banquecentraleeuropéenne(BCE),publiéeenmai 2017,montrait ainsiqu'enéintégranttouscesoubliésonaboutissait pour la zoneeuroàuntauxdechômageausens sensousprèsdedeux foisplusélevéquel'officiel( 16%au lieu de 8.5%l'époque)。

Il ya aussilerésultatdes«réformes»tantprônéesparle FMI et l'OCDE:casse des statuts et des droits des travailleurs。 Et la nature desemploiscréés。 Ainsi quand la«Great Job Machine»tourneàpleinrégimeauxÉtats-Unis - mais pas seulement - arrivententêtelesservicesàlapersonne,la restauration,le nettoyage,les soinsdesanté... Soit des emploispeuqualifiésoudont la qualification n'est pas reconnue,et en tout casmalpayés。 Ajoutons l'affaiblissement des syndicats,liénotammentau recul de l'industrie,auéveloppementdela sous-traitance,àl'éclatementdeslieux de travail ... et l'on voit que l'affaire est mal partie!

Encore faut-il ajouter,particulièrementauxÉtats-Unis,le pouvoir de quelques firmes en position dominante。 Enéconomie,on parle de monopolepourdésignerententre re reveve seulefaceàdenombreux acheteurs et peut donc leur imposer ses prix - et ses marges - sans craindre la concurrence。 et de monopsonepourdésignercelle qui se retrouve seule acheteusefaceàunefoule de vendeurs et peutdonclàaussiimposer ses prix et ses conditions。 C'est ce qui se passe aujourd'hui surlemarchédutravail。 Desétudesrécentesonttemontréladiminution au fil du temps du nombre d'employes par bassin d'emploi et le fait que la forte concentration de gros employeurestcorréléeàdessalaires plus faibles。 Elles ont d'autre partestiméleseffets du pouvoir de monopsone des entreprises surlemarchédutravail:soituneréductiondesalaires de 20%,une baisse de l'emploi total de 13%et une contraction du PIB de 10%。 Impressionnant ...

多米尼克·西科特